Skip directly to content
QUI M’ACCOMPAGNE JUSQU’À LA FIN – ET QU’EST-CE QUE JE LAISSE DERRIÈRE MOI?

Il est difficile de s’imaginer qu’un jour ou l’autre, nous serons arrivés à la fin de notre vie. Et en fait, on n’a pas non plus envie d’y penser. Pas maintenant. Et pourtant, cela peut être agréable de prendre ses responsabilités et de régler au plus tôt ce qui doit encore être réglé. Il y a certainement des décisions auxquelles vous aimeriez participer. Et vos proches seront contents de connaître vos souhaits et de pouvoir les respecter – tant en ce qui concerne votre prise en charge médicale en fin de vie que votre succession.

Ici, vous en apprendrez davantage sur:

À QUEL MOMENT DE MON TRAITEMENT LES SOINS PALLIATIFS PEUVENT-ILS DEVENIR PERTINENTS?

L’objectif des soins palliatifs est d’améliorer votre qualité de vie, d’atténuer vos symptômes et de vous soutenir sur le plan émotionnel et spirituel. C’est pourquoi ce traitement est déjà mis en œuvre après le diagnostic d’un cancer avancé. Le traitement de la douleur en est p. ex. une partie particulièrement importante, tout comme celui contre les nausées.


À un moment ou à un autre du traitement, vous pouvez décider de ne plus bénéficier que d’une prise en charge palliative. Vous renoncez alors à suivre des traitements supplémentaires destinés à inhiber le développement du cancer. Cela peut être le cas quand les traitements ne sont plus efficaces ou quand les effets indésirables deviennent trop pénibles. Cette décision est une décision très personnelle. Vous pouvez prendre cette décision à tout moment de votre traitement si vous avez le sentiment de ne plus vouloir continuer ainsi. Cette décision peut avoir un effet libérateur.

Important: une bonne équipe de soins palliatifs prend très au sérieux toutes vos valeurs, vos préférences, vos désirs et vos décisions.

Les soins palliatifs peuvent avoir lieu dans des cadres très différents – à la maison, à l’hôpital, dans un centre de soins ou un établissement de fin de vie. Les équipes de soins palliatifs sont composées de médecins, d’infirmièr(e)s et de soignants avec des spécialités différentes – tout comme votre équipe soignante actuelle. Outre les soins, les services de soins palliatifs incluent aussi une activité de conseil, l’accompagnement des personnes en deuil et des mesures de médecine complémentaire.

COMMENT EST-CE QUE J’AIMERAIS MOURIR?

Ce n’est pas chose facile que d’y réfléchir. Penser à vos valeurs de la vie peut peut-être vous aider. De ce qui vous importe maintenant, qu’est-ce qui pourrait alors être important arrivée à la fin de votre vie? Comment pouvez-vous parcourir ce chemin de manière aussi positive que possible? Se poser ces questions peut réduire les peurs et les angoisses. 

Réfléchissez concrètement au type de prise en charge que vous souhaitez pour votre fin de vie – et pas uniquement à ce que vous ne voulez pas. Il n’y a d’ailleurs ni «bon» ni «mauvais» choix – le seul critère, c’est ce que vous ressentez.

Il peut être utile de parler avec quelqu’un qui vous est proche ou quelqu’un qui connaît les différentes possibilités de prise en charge. Prendre conscience de vos souhaits, vos pensées et vos valeurs vous aidera à mettre en place la meilleure prise en charge possible.

Avant de prendre quelque décision que ce soit concernant votre prise en charge en fin de vie, parlez avec votre médecin et aussi avec votre caisse-maladie. Vous pourrez ainsi prendre les décisions qui s’imposent en toute connaissance de cause.

Aussi difficile que cela puisse être, pour vous et pour votre famille, de parler de vos souhaits pour la fin de vie: si ceux qui vous sont chers savent ce qui est important pour vous, certaines décisions s’imposeront plus facilement. Et vous avez le sentiment rassurant que vos souhaits seront respectés quand vous ne pourrez plus prendre les décisions vous-même.

yellow